"Downton Abbey" de Julian Fellowes et Gareth Neame : une série culte, qui allie humanité et élégance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Downton Abbey" de Julian Fellowes et Gareth Neame : une série culte, qui allie humanité et élégance
©

Atlanti Culture

"Downton Abbey" de Julian Fellowes et Gareth Neame : une série culte, qui allie humanité et élégance

"Downton Abbey" est une série de Julian Fellowes et Gareth Neame. "Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une position délicate, les trois descendantes ne pouvant prétendre au titre de Lord Grantham. Matthew Crawley, nouveau successeur et lointain cousin, arrive à Downton Abbey".

Bertrand Devevey pour Culture-Tops

Bertrand Devevey pour Culture-Tops

Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. 

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 

Voir la bio »

"Downton Abbey" de Julian Fellowes et Gareth Neame

PrimeVidéo et en DVD 6 saisons, 52 épisodes
Mise en scène : Maggie Smith, Michelle Dockery, Hugh Bonneville…

 

RECOMMANDATION
En priorité


THEME
Du naufrage du Titanic (1912) au début des années 30, cette série nous fait partager le quotidien de la famille Crawley, famille britannique aristocratique propriétaire d'un château et d'un riche domaine dans le Yorkshire. Ce qui en fait l'originalité est de partager aussi la vie de la "domesticité", tous les personnels dédiés au service "des maîtres" et à l'entretien du domaine. Ces 20 années sont balayées par de nombreux événements - la question de la transmission du domaine à un héritier mâle - les Crawley ayant trois filles, la 1ère Guerre Mondiale et ses bouleversements, notamment la place des femmes dans la société, les amours et l'émancipation des sœurs Crawley dans les années 20. La vie des domestiques, leurs rapports, complicités et rivalités, la vie mondaine et la vie du domaine se croisent, parfois se rejoignent ou se percutent, dans des faits divers parfois dramatiques qui vont bouleverser et remodeler cette société si particulière, où la solidarité dépasse finalement les antagonismes. 

Chaque saison aborde une "tranche de vie" de 1 à 3 ans, exposant les uns et les autres à plus d'événements que la série ne pourrait le laisser penser à priori !

Parler de l'évidence des beaux décors et des bons acteurs ne fait pas nécessairement une "série culte". 

Sans son concept, Downton Abbey ne serait qu’une chronique de la vie anglaise des années 1912 aux années 30. La série répond aux règles des 3 unités  : unité de Lieu ( le Château)  unité de Temps (déroulement chronologique des épisodes sur la totalité de ces années) unité d'Action (la vie quotidienne au domaine et dans les communes voisines, avec quelques escapades londoniennes). A ces fils conducteurs, s'ajoute la mise en scène du monde d’en haut et du monde d’en bas, monde des maîtres et monde des domestiques, chacun étant régi par des règles très strictes de protocole et de hiérarchie. Voilà le concept !

Soulignons enfin que le scénario sait rendre captivante la découverte progressive de la vie des uns et des autres, des liens qui les unissent, des rivalités qui transpirent, des transformations de ces années "folles".

 

POINTS FORTS
Avec une telle série, la liste des points forts peut être extrêmement longue. Contentons nous d'en lister quelques uns : 

les acteurs, tous excellents et parfaitement crédibles dans leur rôle (dont une incomparable Maggie Smith en comtesse douairière vieux-jeux et complice de ses petites filles), 

des costumes et des décors qu'il faut bien qualifier de somptueux, pour restituer fidèlement la vie des aristocrates anglais de ce premier quart du 20ème siècle, 

des ambiances absolument crédibles car tournées - pour beaucoup, dans des lieux authentiques - et un peu en studio pour les "offices" - ceux-ci ayant été transformés dans les 80 ans qui ont précédé les tournages ! 

Et pour les amateurs de VO, un anglais d'une grande clarté, voire de charme !

Parler de l'évidence des beaux décors et des bons acteurs ne fait pas nécessairement une "série culte". 

Sans son concept, Downton Abbey ne serait qu’une chronique de la vie anglaise des années 1912 aux années 30. La série répond aux règles des 3 unités  : unité de Lieu ( le Château)  unité de Temps (déroulement chronologique des épisodes sur la totalité de ces années) unité d'Action (la vie quotidienne au domaine et dans les communes voisines, avec quelques escapades londoniennes). A ces fils conducteurs, s'ajoute la mise en scène du monde d’en haut et du monde d’en bas, monde des maîtres et monde des domestiques, chacun étant régi par des règles très strictes de protocole et de hiérarchie. Voilà le concept !

Soulignons enfin que le scénario sait rendre captivante la découverte progressive de la vie des uns et des autres, des liens qui les unissent, des rivalités qui transpirent, des transformations de ces années "folles". 

 

POINTS FAIBLES
Il est juste d'en signaler un : il faut aimer les films et séries qui témoignent de la vie (pas tout à fait ordinaire) d'une région et d'une famille à une époque où la "hiérarchie" des classes sociales ne se discute pas encore. Amateur de crimes sanglants et de scènes "trash", passez votre chemin ! Tout dans l'image est normé, "propre", même si les situations vécues tendent, au fil des épisodes, à fissurer le cadre !!

 

EN DEUX MOTS
Excellent, addictif, culte ! Trois mots au lieu de deux pour décrire une série qui pourrait être ce que Barry Lyndon fut aux films des années 80 - une référence scénaristique et esthétique ! 52 épisodes, dont des fins de saisons plus longues, vous transporteront 100 ans en arrière, du sourire aux larmes, de la stupeur à l'approbation, de la complicité à la réprobation. Bref, sauf à ne pas aimer le genre, vous ferez rapidement partie de la famille - que vous vous sentiez Crawley ou de la famille "du personnel" - et aurez envie, accroché à votre fauteuil, à en démêler les tensions et les passions !

Et si vous en redemandez, sachez qu'un film - avec au scénario Julian Fellowes le concepteur de la série, et (presque) tous ses acteurs - est sorti fin septembre 2019. Il dure 2h, se situe à la fin de la saison 6, et a pour enjeu la venue, à Downton Abbey, du couple royal !

Ne manquez pas la chronique de Dominique Poncet, sur notre site : Au nom de la terre (dans le paragraphe "Et aussi").

 

LE REALISATEUR
Downton Abbey est écrite, scénarisée et produite par les britanniques Julian Fellowes et Gareth Neame, ce dernier, des studios Carnival Films. Beaucoup d'éléments de l'histoire sont inspirés de faits aussi réels que les reconstitutions historiques furent rigoureuses.

Produite et diffusée entre 2010 et 2015, son succès est tel que les critiques affirment qu'elle a renouvelé le genre des séries historiques. Downton Abbey, ses acteurs, réalisateurs, costumiers (près de 1.300 costumes différents pour les 5 personnages principaux !), techniciens, compositeurs ont reçu, jusqu'en 2016, une avalanche de prix.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !