"Chronique d'une fin de règne" : drôle, réjouissant, mais agaçant à force d'à priori politiques plutôt sommaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Chronique d'une fin de règne" : drôle, réjouissant, mais agaçant à force d'à priori politiques plutôt sommaires
©

Atlanti-culture

"Chronique d'une fin de règne" : drôle, réjouissant, mais agaçant à force d'à priori politiques plutôt sommaires

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »
LIVRE
Chronique d'une fin de règne
de Patrick Rambaud
Ed. Grasset
 
L’AUTEUR
Après avoir manqué les événements de mai 1968 pour cause de service militaire, Patrick Rambaud s’illustre dans la galaxie gauchiste des années 70, en devenant notamment un des piliers d’Actuel, le magasine de Jean-François Bizot, avec son complice Michel-Antoine Burnier. Les deux compères s’adonnent avec talent aux joies du pastiche. Mais c’est avec son roman La Bataille (1997) qui rafle une flopée de prix littéraires (Goncourt, Académie française, Napoleonic Society of America) qu’il accède à une large et prospère (?) notoriété.
Membre de l’Académie Goncourt, il publie régulièrement, soit des romans historiques sur la période napoléonienne, soit des chroniques satiriques sur la vie politique française dans lesquelles il éreinte successivement Nicolas Sarkozy et François Hollande.
 
THEME
Le dernier opus de Patrick Rambaud s’inscrit dans sa métronomique et réjouissante production. Dans Chronique d’une Fin de Règne, il brosse le tableau des dernières années de la présidence Hollande.
 
POINTS FORTS
- C’est drôle : comme dans ses autres ouvrages, Rambaud se livre à une charge ironique contre le pouvoir, dans un style qui pastiche celui du XVIIIème siècle.
- C’est informé : sans plonger dans les secrets d’Etat, Rambaud nous découvre –ou nous rappelle- des faits qui ont nourri la vie politique française et marqué la société dans la période sous revue.
- C’est ambitieux : constatant que les événements s’effacent de l’actualité et disparaissent de nos mémoire avec la rapidité de l’éclair, Rambaud veut faire œuvre de mémorialiste et déroule la trame des heurs et des malheurs, petits et grands, qui ont affecté les français.
 
POINTS FAIBLES
 - Ce n’est pas désopilant : est-ce parce que la période considérée a été marquée par des attentats islamistes, on a connu Rambaud plus drôle et plus percutant ?
 - Ce n’est pas objectif : certes, on ne demande point à un auteur satirique de faire preuve d’objectivité, mais le gauchisme lancinant de Rambaud -qui aligne tous les poncifs de l’extrême-gauche- atteint un paroxysme qui finit par fatiguer le lecteur le mieux disposé.
 
EN DEUX MOTS
Les meilleures veines finissent par s'épuiser: un Rambaud toujours réjouissant, mais plus acerbe, moins drôle et très marqué à gauche.
 
UN EXTRAIT
« Cet hiver 2016 promettait d’être glacial pour le Prince, mais il l’avait voulu. François-le-Triste évoquait Saint Sébastien offert aux archers, face aux féroces, aux dénigreurs, aux déçus, aux trompés et aux amis. Enchaîné à son poteau de torture il fut criblé de flèches. »
 
 
RECOMMANDATION : BON

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !