Zoophiles, s'abstenir ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
35% des hommes interrogés confessent avoir déjà forniqué avec un ou plusieurs animaux.
35% des hommes interrogés confessent avoir déjà forniqué avec un ou plusieurs animaux.
©copyleft

Danger

Zoophiles, s'abstenir !

Les hommes s'adonnant à des pratiques zoophiles seraient plus exposés au cancer du pénis. Et au Brésil, ils sont plus nombreux qu'on pourrait le penser...

Attention ! Non seulement la zoophilie est moralement et légalement réprehensible, mais elle peut aussi s'avérer néfaste pour la santé.

Une étude parue le 24 octobre dans le Journal of Sexual Medecine souligne le lien dangereux entre pratiques zoophiles et cancer du pénis. Les 20 médecins qui la signent ont étudié la vie sexuelle de 492 hommes brésiliens de 18 à 80 ans, dont 118 étaient atteints de ce cancer (une proportion beaucoup plus haute qu'en Europe).

Ils ont dû être surpris de constater que près de 35% des sujets interrogés confessaient avoir déjà forniqué avec un ou plusieurs animaux. Et pour 40% d'entre eux, il s'agit d'une pratique régulière qu'ils accomplissent au moins une fois par semaine. La chose a généralement lieu entre 14 et 18 ans, le temps de s'accorder les faveurs de partenaires plus "humains".

Mais comment s'explique le lien avec le cancer du pénis ?

  • 1. A cause du contact fréquent avec les microbes qui peuplent les muqueuses animales. 
  • 2. En raison des microtraumas que peuvent multiplier les zoophiles en commençant leur vie sexuelle en insérant leur membre viril dans des orifices qui n'y sont pas vraiment adaptés : cela les exposera davantage à la maladie.

Et le verdict est sans appel : le seul traitement possible de la maladie implique une amputation partielle ou totale de la verge.

Lu sur LeMonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !