Voyage sur Mars : le projet de la Nasa a du plomb dans l'aile | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Voyage sur Mars : le projet de la Nasa a du plomb dans l'aile
©

Fortement compromis

Voyage sur Mars : le projet de la Nasa a du plomb dans l'aile

En effet, selon un rapport de l'Académie américaine des sciences, en l'état, le programme d'exploration de l'agence spatiale est voué à l'échec.

En 1969, l'homme faisait son premier pas sur la Lune. En 2030, il pourrait bien le faire sur Mars... C'est en tout cas la volonté de la Nasa. L'agence spatiale américaine a ainsi récemment dévoilé son plan permettant d'envoyer  une expédition humaine sur la planète rouge.  Selon les astronautes la mission devrait durer deux à trois ans. Mais patatras, tout s'effondre. En effet, ce jeudi, un rapport de l'Académie américaine des sciences épingle ce programme d'exploration et le considère comme voué à l'échec.

"La poursuite de la présente approche de la Nasa, qui développe un système de lancement et un vaisseau pour voler au-delà de l'orbite terrestre tout en continuant à exploiter quasiment seule la Station spatiale internationale (ISS) jusqu'à la moitié des années 2020, le tout avec un budget ne couvrant pas l'inflation, est une invitation à l'échec et aux désillusions", écrivent les auteurs de ce document de 286 pages produit par le National Research Council, dans des propos relayés par BFMTV.

La Nasa ne s'est pas donnée de calendrier, mais sa principale ambition est pour l'heure d'envoyer des astronautes capturer un astéroïde avant d'aller sur la planète rouge. Mais pour l'Académie des sciences, Mars est, parmi les destinations possibles, "la plus distante et la plus difficile", elle doit donc être le "but ultime" des Etats-Unis.

lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !