Vous supportez très mal les nuisances sonores ? Vous pourriez bien être un génie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
L'incapacité à supporter les nuisances sonores quotidiennes de son entourage serait le signe d'une créativité particulièrement développée.
L'incapacité à supporter les nuisances sonores quotidiennes de son entourage serait le signe d'une créativité particulièrement développée.
©Reuters

Créativité

Vous supportez très mal les nuisances sonores ? Vous pourriez bien être un génie

Une nouvelle étude rappelle que Charles Darwin, Anton Chekhov ou Marcel Proust étaient connus pour avoir utilisé des bouchons d'oreilles et pour avoir insonorisé leur chambre afin de s'éloigner de toute nuisance sonore pendant leur travail.

Selon une récente étude menée par des chercheurs de l'université britannique de Northwestern, l'incapacité d'un individu à supporter les nuisances sonores quotidiennes de son entourage serait le signe d'une créativité particulièrement développée. 

Les auteurs de cette étude évoquent notamment Charles Darwin, Anton Chekhov ou encore Marcel Proust, tous trois connus pour avoir utilisé des bouchons d'oreilles et pour avoir insonorisé leur chambre afin de s'éloigner de toute nuisance sonore pendant leur travail.

Le professeur Darya Zabelina, qui a dirigé cette étude a déclaré : "La propension à écarter des informations sensorielles sans importance se produit assez tôt et de manière involontaire dans le développement du cerveau, et peut aider un individu à intégrer des idées qui se trouvent en dehors de son champ d'attention, ce qui se traduit par de la créativité dans le monde réel".

Pour les besoins de cette étude, 100 volontaires ont été sollicités pour répondre à un maximum de questions portant sur des scénarios improbables, et ce avec une limite de temps. Leur a ensuite été proposé un "questionnaire de créativité'" où ils devaient recenser leurs créations selon 10 catégories, de l'écriture à la cuisine. Selon les auteurs de l'étude, il existe un lien indéniable entre les volontaires aux profils les plus créatifs et ceux qui se sont montrés particulièrement réceptifs au bruit pendant leur réflexion.

Lu sur The Telegraph

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !