Violon : les fabricants d'archets inquiets face à un projet d'interdiction du commerce de bois de pernambouc<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Violon
Violon
©LOIC VENANCE / AFP

Environnement

Les 100 archetiers de France ne consomment qu'un arbre de pernambouc par an

"Nous ne voulons pas être les derniers des Mohicans": les archetiers sont en branle-bas de combat depuis que le Brésil cherche à interdire la commercialisation du pernambouc, bois essentiel à la confection des archets écrit la République des Pyrénnées.

Une proposition qui pourrait être validée le 25 novembre à la réunion de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), au Panama.

Dans son atelier parisien, Edwin Clément, archetier de renom depuis 30 ans, n'en revient toujours pas.

"C'est lunaire! Les 100 archetiers de France ne consomment qu'un arbre de pernambouc par an".

En outre, l'IPCI (International Pernambuco Conservation Initiative), une initiative d'archetiers français oeuvre avec les administrations brésiliennes depuis 2001 pour la préservation et l'utilisation durable de l'espèce,

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !