Valérie Trierweiler attaque en justice "Closer", "Public" et "Voici" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Après "VSD", c'est au tour de "Closer", "Public" et "Voici" d'être portés devant la justice par Valérie Trierweiler.
Après "VSD", c'est au tour de "Closer", "Public" et "Voici" d'être portés devant la justice par Valérie Trierweiler.
©Reuters

Loi des séries

Valérie Trierweiler attaque en justice "Closer", "Public" et "Voici"

En cause : la publication de photos du couple présidentiel en maillot de bain lors de leurs vacances.

Les photos de vacances du couple Hollande-Trierweiler à Brégançon cet été n'ont visiblement pas plu à la première dame. L'avocate de Valérie Trierweiler, Me Frédérique Giffard, a en effet indiqué lors d'une interview à nos confrères d'Europe 1 que trois procédures judiciaires étaient en cours contre trois magazines "people", "Closer", "Public" et "Voici". "On a fait le choix d'assigner les magazines qui ont mis les photos en couverture et qui ont cherché à vendre, à accrocher le lecteur avec ces photos" explique Me Giffard.

Cette annonce suit la condamnation de VSD ce mardi, sommé de payer 2 000 € (reversée à l'association Reporters sans Frontières) par le tribunal de grande instance de Paris pour les mêmes raisons alors même que Mme Trierweiler avait réclamé 30 000 €. Cette différence fait dire à Christophe Carron, rédacteur en chef adjoint de "Voici", que cette première condamnation n'est en soi pas vraiment une victoire pour la première dame.

Un quatrième magazine avait publié des clichés de cette sortie bronzette, en l'occurrence "Paris Match" - l'employeur actuel de la journaliste Valérie Trierweiler. "La présentation était beaucoup plus discrète dans Paris Match, il y avait une seule image qui était en petit format et en pages intérieures, il n'y avait pas d'accroche racoleuse sur cette photo en couverture" explique son avocate.

Vu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !