Une mutation génétique retrouvée chez les Amish explique leur longévité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Une mutation génétique retrouvée chez les Amish explique leur longévité
©it:Utente:TheCadExpert / Wikimedia commons

A Country for Old Men

Une mutation génétique retrouvée chez les Amish explique leur longévité

Cette découverte pourrait permettre des avancées dans les traitements contre la dégénérescence liée à l'âge.

Pourquoi les Amish, cette communauté rurale des Etats-Unis, vivent-ils si vieux ? Pour le savoir, des chercheurs ont mené une étude avec 177 Amish de 18 à plus de 85 ans. Parmi eux, ils ont découvert 43 hommes et femmes porteurs d'une cette mutation du gène Serpine1, qui est responsable d'une forte réduction de la production d'une protéine appelée PAI-1. Cette mutation a un impact sur leur santé : leur  profil métabolique était plus sain et ils souffraient nettement moins de diabète et de maladies cardio-vasculaires que ceux sans cette variation génétique. Et, surtout, ils vivaient en moyenne dix ans de plus que leurs camarades, 85 ans contre 75 ans. 

Les Amish porteurs de cette mutation génétique ont des télomères (un morceau d'ADN situé à l'extrémité de chaque chromosome pour les protéger et qui se réduit à chaque division cellulaire contribuant au vieillissement) 10% plus longs en moyenne dans les cellules immunitaires, précisent les chercheurs. 

"Nous avons confirmé dans cette recherche les résultats de précédentes études suggérant que la longueur des télomères est liée à l'âge chronologique et est en grande partie héréditaire", expliquent-ils.

Selon les auteurs de cette étude, ces résultats montrent l'intérêt d'étudier des mutations génétiques dans des groupes de populations isolées géographiquement et génétiquement, car cela permet d'identifier de nouvelles cibles thérapeutiques contre le vieillissement.

Lu dans L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !