Une fois libéré, un éléphant prisonnier et maltraité pendant 50 ans laisse couler des larmes de joie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Raju, l'éléphant qui a retrouvé la liberté
Raju, l'éléphant qui a retrouvé la liberté
©DR

Pauvre bête

Une fois libéré, un éléphant prisonnier et maltraité pendant 50 ans laisse couler des larmes de joie

Raju, un éléphant indien, a été libéré par une association de défense des animaux pendant une opération nocturne le 4 juillet, jour symbolique de l'indépendance américaine.

L'histoire est digne d'un film ou d'un roman. Si Raju a été battu et maltraité pendant plus de 5 décénies, il a finalement connu une fin heureuse, libéré par l'association de charité Wildlife SOS qui voulait l'aider à se séparer de son maître ingrât. Chaque jour, l'animal, qui était enchainé aux quatre pattes, était forcé de faire une révérence et de mendier de l'argent aux touristes et aux passants.

Raju, qui était également très mal nourri, survivait grâce à des bouts de plastiques et de carton qui ne contenaient plus de nourriture. C'est dans l'Etat de l'Uttar Pradesh, en Inde, que l'éléphant a été secouru par une équipe de 10 vétérinaires, 20 garde-forestiers et 6 policiers. Lorsque Raju a été libéré, des larmes de joies seraient sorties de ses yeux. Un moment très émouvant pour Pooja Binepal, la porte-parole de l'association.

 

"L'équipe était étonnée de voir des larmes couler sur son visage pendant le sauvetage. C' était incroyablement émouvant pour nous tous. Nous savions dans nos cœurs qu'il était en train de se rendre compte de sa liberté (…) Les éléphants sont non seulement majestueux, mais ils sont des animaux très intelligents, qui sont connus pour connaitre la sensation de douleur, de sorte que nous ne pouvons pas imaginer ce que la torture d'un demi-siècle a été pour lui.", a-t-elle ajouté. 

lu sur dailymail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !