Une Britannique découvre que son amant mystère était en fait sa meilleure amie depuis deux ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Une Britannique découvre que son amant mystère était en fait sa meilleure amie depuis deux ans
©Reuters

mauvaise surprise

Une Britannique découvre que son amant mystère était en fait sa meilleure amie depuis deux ans

La jeune femme portait un masque sur les yeux au prétexte que son "compagnon" avait été défiguré dans un accident et qu'il refusait d'être vu.

L'histoire est surréaliste. Une Britannique a découvert que son compagnon à distance depuis deux ans était en fait sa meilleure amie. Tout commence lorsque la jeune femme rencontre un certain Kye Fortune sur Facebook, moitié philippin, moitié latino. De quoi la faire craquer et entamer une relation. Problème, Kye prétend avoir subi un sévère accident de voiture qui l'a laissé défiguré. Pire une tumeur au cerveau lui aurait été diagnostiquée. Pendant deux ans, les deux "amoureux" échangent par mail et téléphone mais Key refuse catégoriquement de rencontrer la jeune femme.

Pour leur première rencontre, la jeune femme accepte donc de porter un masque sur les yeux. Rendez-vous est pris à l'hôtel où Key a tout fait pour rendre la nuit inoubliable : pétales de roses et mots doux. Une fois masqué, l'amant sortait de la salle de bain et armé d'un sextoy, entamait les ébats, qui se répéteront plusieurs fois pendant des semaines. Jusqu'au soir où la femme finit par sentir la sangle du sextoy accroché à Key et décide d'enlever son masque. Elle s'aperçoit avec stupeur que son amant est en fait une femme. Pire, elle la connaît bien puisqu'il s'agit de sa meilleure amie. Sa dernière n'a pu se justifier et a été mis en examen pour agression sexuelle. 

lu sur le Daily Beast

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !