Une application pour décoder les cris de bébé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
L'application mobile utilise une base de données de 300.000 cris de bébés afin d'en proposer une interprétation via microphone.
L'application mobile utilise une base de données de 300.000 cris de bébés afin d'en proposer une interprétation via microphone.
©Capture d’écran iPhone

Allô maman, ici bébé

Une application pour décoder les cris de bébé

Une entreprise taïwanaise propose une solution mobile pour savoir si bébé a faim, mal, sommeil, ou nécessite d'être changé suivant ses cris, rapporte le "Irish Times" le 25 juin.

Si cette innovation fonctionne, ce pourrait bien être une petite révolution pour les jeunes parents, notamment ceux d'un premier bébé, en général les plus stressés.

La société taïwanaise EmoRec co. Ltd. a ainsi développé une application pour téléphone mobile, nommée "Infant Crying Translator" (sur Android), ou "Baby Cries Translator" (sur plateforme iOS), sorte de traducteur de cris et de pleurs de nourrissons.

Et ça a l'air plutôt sérieux. Pendant trois ans, l'hôpital national de l'université de Taïwan a collecté plus de 300.000 sons provenant d'une centaine de tout-petits, de 0 à 6 mois, afin de constituer une base de données servant de référence pour tenter d'interpréter le cri d'un bébé via le microphone du smartphone.

A l'instar d'autres applications de musique vous permettant de reconnaître une chanson qui est en train de passer dans un lieu public, l'application de puériculture ne prend que 15 secondes pour répondre et déterminer le besoin supposé de l'enfant en fonction de son type de cri.

À tester, même si rien ne remplace la jugeote, et l'expérience acquise depuis la nuit des temps. Papy et mamie sont toujours là, au cas où.

Lire aussi : Finie la culpabilité des jeunes parents ? Des chercheurs affirment que laisser son bébé pleurer ne produit pas de dégâts émotionnels et peut même s’avèrer positif

Lu sur le Irish Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !