Une Américaine enregistre en cachette les médecins qui l’opèrent, le résultat est terrifiant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une Américaine enregistre en cachette les médecins qui l’opèrent, le résultat est terrifiant
©Pixabay

Film d'horreur

Une Américaine enregistre en cachette les médecins qui l’opèrent, le résultat est terrifiant

Soupçonneuse, Ethel Easter avait dissimulé une caméra dans ses cheveux.

L'affaire débute à l'été dernier, lorsque Ethel Easter, une Américaine vivant au Texas et victime d’une hernie hiatale à l’estomac doit se rendre à l’hôpital en raison de violentes douleurs à l’abdomen et de la présence de sang dans ses urines. Elle demande à être opérée en urgence, le médecin refuse, le ton monte : "Pour qui vous prenez-vous? Vous attendrez, comme tout le monde" s'entend-elle notamment dire.

Finalement, l'opération a bel et bien lieu. Ethel Easter se rend au rendez-vous…non sans avoir dissimulée une mini-caméra dans ses cheveux pour filmer la scène. "J'étais terrifié et j'avais un mauvais pressentiment", raconte-t-elle. "Je voulais que ma famille sache ce qui m'est arrivé si quelque chose se passait mal." 

En visionnant la séance après l'opération, elle tombe sur des propos fort désagréables, comme elle l'a précisé à une branche locale de la Fox. Sur l’enregistrement, on entend les médecins s’exprimer très librement peu après avoir endormi leur patiente. "Elle est pénible. Elle m'a dit qu'elle allait appeler un avocat et nous poursuivre", confie l'un d'eux". "Ce n'est pas le genre chose qu'on devrait dire à un chirurgien qui va vous opérer," commente un autre en riant.

Un des hommes sous-entend également qu’il pourrait la toucher, "une suggestion Bill Cosby", faisant référence à l'acteur américain accusée de dizaines de viols. Les personnes présentes l'appellent également plusieurs fois "Precious", ce qui pour la patiente est une référence au film de Lee Daniels, qui retrace la vie d'une afro-américaine obèse.

La patiente n'a pas encore décidé si elle allait porter plainte, mais souhaite partager son histoire pour alerter sur ce genre de dérives.

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !