Un gynécologue radié pour avoir stimulé le point G de ses patientes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Un gynécologue américain a montré à ses patientes où se trouvait leur point G.
Un gynécologue américain a montré à ses patientes où se trouvait leur point G.
©Reuters

touché-coulé

Un gynécologue radié pour avoir stimulé le point G de ses patientes

Ce médecin américain a également avoué avoir eu des relations sexuelles avec l'une de ses patientes.

Aux Etats-Unis, le docteur Kurt Froehlich, dans l'Ohio, a été interdit d'exercer en raison d'un "comportement inapproprié" avec deux patientes. Le praticien les avait aidées à trouver leur point G, avant d'aller plus loin dans le contact sexuel, selon le Conseil médical de l'Etat de l'Ohio, qui lui a retiré sa license.

Selon un membre du Conseil médical qui a voté pour la révocation permanente du docteur Kurt Froehlich, il s'agit du "cas le plus indécent" qu'il a connu en 40 ans de carrière, rapporte The smoking gun. Les deux patientes en question étaient salariées de l'hôpital Bethesda Nord de Cincinnati, où le gynécologue exerce la pluplart du temps.

Selon le docteur Kurt Froelich, en 2010, la première patiente lui a demandé où se situait son point G. En temps ordinaire, selon ses dires, il aurait simplement montré un schéma expliquant où se situe le fameux point G et donné des conseils pour le trouver. Mais la patiente aurait insisté pour qu'il lui montre concrètement où se trouve son point G, ce qu'il a fait, mais "sans la stimuler jusqu'à l'orgasme."

Lors d'une seconde consultation, la même patiente a renouvelé sa demande. Le gynécologue a reconnu qu'il l'avait alors "stimulée jusqu'à l'orgasme". Une semaine plus tard, il a eu une relation sexuelle à l'hôpital avec elle.

Même scénario pour la seconde patiente. A sa demande, Kurt Froehlich lui a montré où était son point G et l'a stimulée jusqu'à provoquer un orgasme, mais n'a pas eu de relation sexuelle avec elle. Selon le Conseil médical de l'Ohio, le gynécologue a regretté son comportement, qu'il a mis sur le compte du stress, occassionné par le décès de sa belle-mère, son diagnostic d'un cancer de la prostate, et le régime qu'il suivait à cette époque...

The smoking gun

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !