Un Britannique de 17 ans a mis en lumière une erreur de la Nasa | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Un Britannique de 17 ans a mis en lumière une erreur de la Nasa
©

Précoce

Un Britannique de 17 ans a mis en lumière une erreur de la Nasa

Le jeune homme travaillait sur les données de la Station spatiale internationale pendant un cours de physique.

"Les fichiers excel sont plus drôles qu'on ne le pense", affirme Miles Soloman. En tout cas, quand on sait les décortiquer ! L'élève de 17 ans, qui étude à Sheffield, sait de quoi il parle puisqu'il a réussi à identifier une erreur d'un process statistique de la Nasa en rapport avec la station spatiale internationale. 

La presse britannique explique que l'histoire commence grâce au projet TimPix, lancé par l’Institut pour la recherche à l'école, qui permet aux étudiants anglais de travailler sur les données de la station spatiale. Alors qu'il étudiait des données, Miles Soloman s'est rendu compte que les capteurs de rayonnement de la station spatiale internationale enregistraient des données négatives, ce qui est scientifiquement impossible. 

Son professeur de physique lui a donc conseillé de contacter la Nasa, ce qu'il a fait. Les scientifiques américains l’ont en effet remercié, en précisant qu'ils avaient repéré l'erreur mais qu'elle ne se produisait qu'une ou deux fois par ans. L'adolescent a répondu qu'il l'avait repérée plusieurs fois par jour.

"C'est plutôt cool. Je peux dire à mes amis : "J'ai envoyé un e-mail à la Nasa et ils regardent en ce moment même mes graphisme"s. Je ne cherche pas à prouver que la Nasa a tort, ni que je suis le meilleur, car évidemment je ne le suis pas. Je veux travailler avec eux et apprendre", a déclaré le jeune homme à la BBC.

 

Lu sur Slate

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !