Twitter : le "hashtag" est remplacé par le "mot-dièse" selon le Journal officiel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le “hashtag” devient le “mot-dièse” selon le Journal Officiel.
Le “hashtag” devient le “mot-dièse” selon le Journal Officiel.
©DR

Mondialisation

Twitter : le "hashtag" est remplacé par le "mot-dièse" selon le Journal officiel

Le "hashtag" symbolisé sur Twitter par le signe #, est utilisé afin de regrouper tous les messages parlant d'un même sujet.

Twitter en perd ses mots. Le Journal officiel n'aime pas les anglicismes et le prouve ce mercredi en décrétant qu'il faudra désormais appeler "mots-dièse" les célèbres "hashtags", ces mots-clés qui permettent de classer les sujets de discussion sur Twitter.

L'utilisation du mot anglais, devenue courante en France, devra donc être bannie, et les utilisateurs des réseaux sociaux devront donc désormais parler de mot-dièse que le Journal officiel définit comme une "suite signifiante de caractères sans espace commençant par le signe # (dièse), qui signale un sujet d'intérêt et est insérée dans un message par son rédacteur afin d'en faciliter le repérage".

N'imaginez pas que le Journal officiel en a après le site Twitter. Ce dernier n'est en effet pas mentionné dans l'article même si c'est bien lui qui est visé Le Journal officiel précise notamment qu'"en cliquant sur un mot-dièse, le lecteur a accès à l'ensemble des messages qui le contiennent. L'usage du mot-dièse est particulièrement répandu dans les réseaux sociaux fonctionnant par mini-messages. Pluriel : mots-dièse". Or les mini-messages sont caractéristiques de Twitter sur lequel les utilisateurs sont coutumiers de l'usage du feu hashtag qui consiste à ajouter le symbole dièse devant un message afin d'en préciser le sujet

La communauté Internet n'a pas tardé à réagir comme le montrent les différents messages publiés sur le site de microblogging.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !