TikTok reconnaît avoir suspendu "par erreur" une vidéo virale de Feroza Aziz et s'excuse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
TikTok reconnaît avoir suspendu "par erreur" une vidéo virale de Feroza Aziz et s'excuse
©captures d'écran Youtube

Xinjiang

TikTok reconnaît avoir suspendu "par erreur" une vidéo virale de Feroza Aziz et s'excuse

Le réseau social chinois TikTok a admis avoir suspendu "par erreur" une vidéo virale condamnant la répression exercée par les autorités chinoises à l'encontre des musulmans du Xinjiang. La plateforme a présenté ses excuses auprès de Feroza Aziz, une adolescente qui avait posté cette vidéo.

Feroza Aziz, une Américaine âgée de 17 ans, avait diffusé une vidéo sur le traitement des musulmans de l'ethnie ouïghoure au Xinjiang au nord-ouest de la Chine. Cette vidéo mêlait des conseils beauté pour les cils.

TikTok l'avait empêché, selon elle, de poster d'autres messages sur son compte. Le réseau social avait retiré la vidéo. Cette décision avait provoqué une vive polémique.

TikTok a déjà été critiqué pour avoir retiré et avoir pratiqué une forme de censure des contenus sur les manifestations à Hong Kong pro-démocratie et hostiles aux autorités chinoises. 

La plateforme a reconnu avoir suspendu "par erreur" la vidéo de la jeune femme pendant 50 minutes : 

"Rien dans les directives de notre plate-forme ne vise à exclure du contenu tel que cette vidéo. Elle n'aurait pas dû être supprimée. Nous voudrions présenter nos excuses à l'utilisateur pour cette erreur de notre part".

Le compte de la jeune américaine a pu être finalement enfin rétabli ces dernières heures. Feroza Aziz a néanmoins exprimé son mécontentement et son indignation : 

"Est-ce que je crois qu'ils l'ont enlevé à cause d'une vidéo satirique sans lien qui a été effacée sur un de mes comptes supprimés ? Juste après avoir terminé de poster une vidéo en trois parties sur les Ouïghours ? Non".

Elle a affirmé dans une interview à la BBC ne pas avoir "peur" de TikTok, même après la suspension. 

Selon des organisations de défense des droits de l'homme, plus d'un million de musulmans seraient détenus au Xinjiang dans des camps de rééducation politique.

TIkTok, appartenant à ByteDance, basé à Beijing, a précisé que la compagnie n’appliquait pas les principes de modération chinois à ses produits en dehors de la Chine continentale.

Eric Han, responsable de la sécurité pour les États-Unis chez TikTok, a indiqué que Feroza Aziz avait été interdite plus tôt ce mois-ci après avoir posté une vidéo contenant une image d'Oussama Ben Laden.

"Nous reconnaissons que cette vidéo a peut-être été conçue comme une satire. Nos politiques sur ce front sont actuellement strictes".

Selon des informations de la BBC, l'application a été téléchargée 1,5 milliard de fois, d'après des analystes de Sensor Tower.

La popularité de l'application inquiète les marchés occidentaux en raison de la nature de sa proprité chinoise. 

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !