Stephen Collins : l'acteur dans la peau d'un prêtre pédophile dans un court-métrage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Stephen Collins : l'acteur dans la peau d'un prêtre pédophile dans un court-métrage
Stephen Collins : l'acteur dans la peau d'un prêtre pédophile dans un court-métrage
©Reuters

L'horreur jusqu'au bout

Stephen Collins : l'acteur dans la peau d'un prêtre pédophile dans un court-métrage

Le célèbre pasteur de la série "7 A La Maison" est actuellement au cœur d'un scandale suite à de récentes accusations, justement, de pédophilie.

La réalité a largement surpassé la fiction dans le cas Stephen Collins. L'acteur américain, connu surtout pour avoir été le pasteur de la série "7 A La Maison", est accusé depuis le 7 octobre dernier d'agressions sexuelles sur trois jeunes filles mineures. Cette révélation a valu à l'acteur d'être blacklisté par le tout-Hollywood, en attendant que la justice américaine poursuive ses enquêtes.

Mais le "Hollywood Reporter" révèle désormais que la dernière production cinématographique de ce même Stephen Collins, nommée "Penance", le voit jouer le rôle... d'un prêtre pédophile. Il a même assuré la promotion de ce court-métrage de 11 minutes quelques jours avant l'éclatement du scandale le concernant, le 27 septembre dernier, à l'occasion du Festival du Film de Santa Catalina (Californie).

"Bien que mon court-métrage a été projeté dans plusieurs festivals ces derniers mois, il a en réalité été tourné en 2013" a rapidement expliqué le réalisateur de "Penance" Jeff Wolfe. A noter, comble du paradoxe, que Stephen Collins a joué en 1996 dans un téléfilm, nommé "Prenez garde à la baby-sitter", dans lequel il séduisait la jeune baby-sitter de ses propres enfants – sans compter l'écriture de vieilles nouvelles érotiques.

Vu sur le Hollywood Reporter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !