SMS : le langage texto ne détruit pas l’orthographe des ados | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
SMS : le langage texto ne détruit pas l’orthographe des ados
©Reuters

Idée reçue

SMS : le langage texto ne détruit pas l’orthographe des ados

Une étude du très sérieux CNRS assure que c’est le niveau en orthographe des collégiens qui détermine le type de fautes présent dans les SMS.

Oubliez ce que vous pensiez sur l’effet dévastateur de l’écriture texto sur l'orthographe des adolescents. Le premier n’a pas d’effet sur le second, contrairement à une idée largement répandue. C’est en tout cas ce qu'affirme, non pas une obscure étude américaine, dont les résultats sont parfois à la limite du ridicule, sinon du risible, mais le très sérieux CNRS. Dans un communiqué publié ce mardi, le Centre national de la recherche scientifique explique que "la pratique des SMS, ou textos, n'a pas d'influence sur l'orthographe des collégiens, c'est leur niveau en orthographe qui détermine le type de fautes présent dans les SMS".

Des résultats qui ne sont pas uniquement valables que pour les petits Français. Comme le rapporte Liberation.fr, des études récentes sur les langues anglaise et finlandaise ont démontré de la même façon qu’il n’y avait pas de lien entre le niveau en orthographe d’élèves de 9 à 12 ans et la densité de fautes dans les SMS. Et oui, vous avez bien lu. Pire, ce sont ceux qualifiés de "bons élèves" qui déforment le plus les mots dans leurs textos, qualifiés de "textismes" par le CNRS, "et les moins bons qui [les déforment] le moins", souligne le centre de recherche.

Enfin, l’écriture texto serait surtout une "une occasion nouvelle et supplémentaire de pratiquer l’écrit". Car l’écrit, qu’il soit traditionnel avec un stylo et une feuille ou numérique, mobilise en effet les mêmes capacités cognitives.

Lu sur liberation.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !