Sirènes d'alerte : changement d'heure à travers trois zones du territoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Sirènes d'alerte : changement d'heure à travers trois zones du territoire
©Capture d'écran / Vidéo de Paul Jones

Nouveaux horaires

Sirènes d'alerte : changement d'heure à travers trois zones du territoire

Les sirènes d'alerte, prévues chaque premier mercredi du mois, vont dorénavant sonner entre 11h45 et 12h15 à partir de ce mercredi 7 novembre.

Après le traditionnel passage à l'heure d'hiver, les Français vont devoir s'habituer à une évolution étonnante. 

Ce mercredi 7 novembre, les sirènes du système d'alerte et d'information des populations (SAIP) ne sonneront plus à midi pile à travers le pays. Ce dispositif est mis en place traditionnellement chaque premier mercredi du mois. 

Cette information a été dévoilée par le ministère de l'Intérieur auprès de France Info

Le dispositf est dorénavant réparti en trois différentes zones séparées. Dans le premier cas, dans le Nord de la France, les sirènes vont retentir dorénavant à 11h45. A midi, la zone Centre sera ensuite concernée. La partie Sud du pays entendra finalement les sirènes à 12h15. 

Ce changement et cette disparité sur le territoire sont liés à une période de test, menée par la Sécurité civile. Cette opération doit permettre d'éviter un potentiel manque de puissance du logiciel qui doit gérer les 2.000 sirènes sur le territoire français. 

La durée de la phase de test n'a pas été fixée. 

L'alerte d'une minute et quarante et une secondes a été instaurée à la fin des années 1940, sous l'appelation de Réseau national d'alerte (RNA) afin de répondre à une potentielle menace aérienne. 

Ce dispositif peut être utilisé afin d'alerter la population d'un événement grave ou en cours. 

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !