Si vous vous faites toujours piquer par les moustiques, plaignez-vous à vos parents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Des scientifiques britanniques pensent que certaines personnes sont tout simplement destinées à être attaquées par les insectes.
Des scientifiques britanniques pensent que certaines personnes sont tout simplement destinées à être attaquées par les insectes.
©Reuters

Arbitraire

Si vous vous faites toujours piquer par les moustiques, plaignez-vous à vos parents

La compréhension de ce phénomène pourrait aider à développer des produits répulsifs plus efficaces, estiment les spécialistes.

Selon une étude de la "London School of Hygiene and Tropical Medicine" publiée dans la revue PLOS One, les individus qui attirent particulièrement les moustiques pourraient trouver une explication à ce problème dans leur patrimoine génétique. Certains jumeaux sont par exemple exposés de manière égale aux piqures de moustiques et autres insectes.

La compréhension de ce phénomène pourrait aider à développer des produits répulsifs plus efficaces, estiment les spécialistes. Ces derniers assurent que certaines personnes sont tout simplement destinées à être attaquées par les insectes. Selon les résultats de leurs travaux, l'odeur corporelle des individus produit des effets différents sur le comportement des insectes; un phénomène qui résulte largement de questions génétiques.

Les scientifiques ont sollicité des jumeaux qui partagent à 100% le même patrimoine génétique, puis des jumeaux dont les gènes sont seulement similaires à 50%.  Dans le premier cas, il apparaît que les deux jumeaux sont exposés de la même manière aux attaques de moustiques, alors que la deuxième paire de jumeaux présente plusieurs différences.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !