Le porno occupe trois mois de la vie d'un homme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le porno occupe trois mois 
de la vie d'un homme
©

Petits plaisirs

Le porno occupe trois mois de la vie d'un homme

Les hommes y consacrent en moyenne 40 minutes par semaine, les femmes 19. Attention à l'addiction, préviennent les médecins.

Les hommes passeraient près de trois mois de leur vie à regarder des images pornographiques (sur papier, sur Internet ou en DVD), selon une récente étude reprise par Métro.uk et relayée par Mry.

Cela revient à 40 minutes par semaine, et 35 heures par an. Les femmes ne sont pas en reste avec une moyenne de 19 minutes hebdomadaires.

Selon cette même enquête, un homme sur six admet acheter des supports pornographiques et 50 % d'entre eux le feraient s'ils étaient persuadés que cela ne se saura pas. Une femme sur dix a par ailleurs déjà surpris son partenaire les yeux rivés sur des images classés X.
Enfin, parmi les 1 000 femmes et les 1 000 hommes interrogés, 5 % ont déjà reconnu un ami dans un film X, et 11 % avouent avoir déjà filmé leurs propres performances sexuelles.

Plus inquiétant pour les médecins, un homme sur six avoue une addiction à la pornographie. Le sujet est très sérieux, et un site Internet d'assistance a ouvert au début du mois de juillet en Grande-Bretagne pour venir en aide aux 1,2 millions de dépendants que l'on compterait outre-Manche. Le Dr Chris Forester explique : "Notre étude montre que, sur le long terme, la moitié des hommes amateurs de pornographie deviennent malheureux", préférant souvent leur matériel pornographie à leur propre compagne. Une trop forte addiction peut ruiner des vies, alerte le médecin. Un peu de retenue, donc, pour la paix dans les ménages...

Lu sur Metro.uk (via Mry)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !