Roubaix : trop de cannabis au commissariat, les policiers shootés à leur insu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Roubaix : trop de cannabis au commissariat, les policiers shootés à leur insu
©

Le monde est stone

Roubaix : trop de cannabis au commissariat, les policiers shootés à leur insu

Les stocks d'herbe et de résine entreposés dans les locaux des scellés dégagent une odeur insupportable, révèle le quotidien Nord Eclair.

La grogne monte à Roubaix. Les policiers n'en peuvent plus. En cause : le trop grand stock d'herbe et de résine de cannabis présent dans les locaux des scellés du commissariat. Comme l'indique le quotidien régional Nord Eclair, la drogue saisie lors de différentes affaires s'entasse inexorablement alors qu'elle devrait être détruite sur ordre de la justice. Un policier témoigne pour le journal : "Ce sont des quantités industrielles. Imaginez, rien que pour la semaine dernière, la sûreté urbaine a saisi près de huit kilos, lors de deux affaires. Et ces problèmes durent depuis plusieurs mois". Ainsi, ce serait près de 40 kilos de drogue qui seraient stockés dans le commissariat. 

Problème : la marchandise dégage une odeur telle qu'elle "envahit le rez-de-chaussée et le premier étage" du bâtiment. De quoi gêner considérablement. "Mes collègues sont réellement incommodés, explique à Nord Eclair Fabrice Danel, du syndicat Unité SGP qui dénonce le statu quo dans cette affaire. (…) Ils se plaignent de nausées, de maux de tête". Au-delà de l'odeur incommodante, les policiers craignent surtout qu'à force d'inhaler ces molécules de stupéfiants, ils ne soient contrôlés positifs ! Des tests salivaires effectués par quelques-uns d'entre eux l'ont déjà été.

Selon Frédéric Fèvre, procureur de la République de Lille, le problème est lié à un différend entre les commissaires de police de la métropole lilloise et la directrice de greffe du tribunal, seule responsable de la gestion des scellés. "Malheureusement, le parquet ne peut rien faire" assure-t-il au quotidien. La situation étant bloquée, les policiers continuent donc d'être shootés toute la journée.

lu sur Nord Eclair

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !