Rosetta : Philae ne répond plus, clap de fin pour la mission spatiale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Rosetta : Philae ne répond plus, clap de fin pour la mission spatiale
©Reuters

Mission accomplie

Rosetta : Philae ne répond plus, clap de fin pour la mission spatiale

L'extraordinaire épopée de la sonde Rosetta et de son petit robot Philae prend fin prématurément mais les avancées scientifiques sont indéniables.

Cette fois, ça sent le sapin pour Philae. Le petit robot n'a plus donné de nouvelles depuis le 9 juillet dernier et les espoirs étaient minces qu'il puisse se réveiller. Mal positionné sur sa comète, il peinait à recharger ses batteries et n'avait réellement pu fonctionner que pendant les 60 premières heures de son existence. Puis, quelques soubresauts en juillet dernier. Et la comète est passée au plus près du soleil, provoquant probablement la détérioration irréversible de Philae. "Il était prévu dans la mission initiale que le robot risquait de cesser de fonctionner quand la comète ce serait rapprochée du soleil, c’est probablement ce qui s’est produit, l’électronique n’a pas supporté la chaleur", explique à BFMTV Philippe Henarejos, journaliste scientifique. De son côté, la sonde Rosetta va probablement continuer de travailler seule, en orbite.

Cette fin abrupte est loin d'être un échec tant le pari était audacieux et les informations récupérées nombreuses. En fait, Philae a rempli 80% de sa mission en apportant de nombreux détails sur la composition de la comète Tchouri. "Ce que nous apprenons sur cette comète est très éloigné de ce que nous imaginions. C’est à cela que l’on reconnaît les découvertes importantes" expliquait en juillet dernier Jean-Pierre Bibring, professeur à l’université Paris-Sud et responsable scientifique de Philae, au Monde. La plus grosse surprise, c'est que la comète possède un noyau composé de molécules organiques, précurseurs de celles qui permettent la vie. Il est ainsi possible que ce soit un bombardement de comètes qui ait permis l'apparition de la vie sur Terre. Mine de rien, Philae a peut-être trouvé l'origine de notre existence. Mission (largement) accomplie.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !