Roland-Garros : demi-finaliste, Ernests Gulbis dépense ses 412 500 euros de primes en une nuit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Roland-Garros : demi-finaliste, Ernests Gulbis dépense ses 412 500 euros de primes en une nuit
©REUTERS/Vincent Kessler

Joueur

Roland-Garros : demi-finaliste, Ernests Gulbis dépense ses 412 500 euros de primes en une nuit

Il est allé flamber au casino avec son cousin, comme il l'a confié au journal italien Gazetta dello Sport... et a tout perdu.

Le Letton Ernests Gulbis est définitivement un joueur à part sur le circuit ATP. Tennisman au caractère bien trempé, il lui arrive régulièrement de "vriller" sur un terrain. Mais il n'en demeure pas moins talentueux : depuis le début de l'année, il le démontre. Après une saison 2012 décevante, Ernests Gulbis a gagné en maturité et en régularité : après avoir remporté deux tournois, il s'est notamment hissé jusqu'en demi-finale du tournoi de Roland-Garros éliminant entre autres Roger Federer - une performance qui lui a permis de rentrer dans le top 10 pour la première fois de sa carrière. 

Mais il semblerait que sa défaite contre Novak Djokovic ait fait retomber le Letton dans ses vieux travers. Connu pour ses frasques nocturnes, il a confié au journal italien Gazzetta dello Sport avoir déjà dépensé l'intégralité de sa prime du tournoi du Grand Chelem… au casino. "Après avoir perdu contre Djokovic, je suis retourné en Lettonie et, en compagnie de mon cousin, je suis allé au casino", raconte-t-il au journal. "J'ai tout perdu", explique-t-il - soit tout de même la somme de 412 500 euros.  

Ernests Gulbis n'a pas pu se consoler de cette perte d'argent : en effet, ce mercredi, au tournoi du Queen's, il a perdu au premier tour contre le Français Kenny de Schepper (7-6, 7-5). De mauvais augure pour Wimbledon...

Lu sur la Gazzetta dello Sport

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !