Le roi de Suède veut racheter sa vie sexuelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le roi de Suède essaye de continuer à faire bonne figure.
Le roi de Suède essaye de continuer à faire bonne figure.
©Wikimedia / Janwikifoto

Royal embarras

Le roi de Suède veut racheter sa vie sexuelle

Des enregistrements montrent que Karl XVI Gustaf a une vie extra-conjugale qu’il cherche à taire.

Karl XVI Gustaf, le roi de Suède, est empêtré dans une affaire qui ne fait pas vraiment bon genre au sein de la monarchie. Un livre publié en mai dernier, Roi malgré lui, avançait qu’il avait eu des relations extra-conjugales et avait été vu dans un club de strip-tease. Pis, l’ex-mafieux Mille Markovic avait assuré avoir des photos de Karl XVI Gustaf contemplant deux de ces dames se dénudant.

Bien sûr, l’intéressé avait démenti. Mais le journal suédois Aftonbladet a publié début décembre des extraits d’un enregistrement qui montre que Karl XVI Gustaf était au courant des tentatives d’un de ses amis, Anders Lettström, pour monnayer le silence de Mille Markovic. Or, si le roi voulait le silence de son accusateur, tout laisse à penser que Markovic a dit vrai…

"Si on paye Mille pour qu’il démente, il faudra qu’il s’assure que ses sources démentent aussi. C’est ce que notre deal comprend, et j’en ai fait part au roi", dit l’ami du monarque Anders Lettström dans cet enregistrement sonore réalisé par Daniel Webb, un proche de Markovic avec qui il avait établi contact pour essayer de régler l’affaire. Mais Lettström maintient que le roi n’était pas au courant de ces contacts, alors qu'il fait directement référence, dans les enregistrements, à ses entretiens avec le roi sur le sujet. Et il a beau arguer que ces enregistrements sont "comme un photomontage" et "sortis de leur contexte", le monarque semble mal embarqué. D’autant qu’une majorité de Suédois souhaiteraient déjà voir sa fille lui succéder.

Lu sur The Local.se

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !