Cantonales : et si on votait Roselmack? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Cantonales : 
et si on votait Roselmack?
©

Chouchou

Cantonales : et si on votait Roselmack?

Ok la Libye c'est important, et le Japon aussi. Mais un autre drame se déroule tout près de nous, éclipsé par l'actualité internationale. Harry Roselmack quitte le 20h de TF1. On se demande bien pourquoi. Car si Harry se présentait aux élections cantonales aujourd'hui, il écraserait ses concurrents.

Laurence Lasserre

Laurence Lasserre

Laurence Lasserre est spécialiste de la communication publique et des medias.

 
 
Voir la bio »

Retour sur les faits. Les évènements qui suivent se déroulent tous les jours de 20h à 20h30, quai du point du jour à Boulogne Billancourt. Pendant cette demie heure sacrée inscrite au Panthéon du monde d'avant internet, officie le grand prêtre d'une grand messe qui a encore de nombreux adeptes: le présentateur du journal télévisé du soir. Ce poste envié est bien plus important que celui, par exemple, de président de conseil général. Mais, curieusement, la désignation de son titulaire ne fait pas l'objet d'une élection démocratique. Alors que le président de conseil général doit affronter un scrutin de liste à deux tours, puis se faire élire au sein de sa propre majorité, le présentateur du 20h, non. Ce n'est pas le téléspectateur qui décide, preuve que l'on est bien dans un média d'avant les réseaux sociaux.

Revenons sur ce qui s'est passé il y a quelques jours. Harry a informé son public de son intention de renoncer à présenter le 20h de TF1 pendant les congés de Laurence Ferrari. Par cet acte d'affirmation de lui-même, il a fini de conquérir le cœur des ménagères de moins de 50 ans et celui de leurs maris, qui le plébiscitent comme leur présentateur préféré. Alors qu'ils s'apprêtent à ne pas voter pour les cantonales, les Français, au bord de la révolte, se mobilisent pour le qualifier au 2nd tour, avec un score écrasant. Après son sondage sur Marine Le Pen en tête du premier tour, Harris Interactive met cette fois ci le feu au petit monde de la télévision. Dans une enquête à paraître lundi dans Télé 2 semaines mais disponible sur le site du magazine, 42% des Français déclarent leur préférence pour Harry Roselmack au 20h contre 12% seulement pour la présentatrice en titre.

Pourquoi tant de fièvre? En 2006, quand Harry Roselmack débarque sur LCI, il n'y a plus une mouche qui vole dans les bureaux à 18h. C'est l'heure d'Harry. Toutes les filles sont devant la télé. Même pour le pauvre petit quart d'heure auquel il a droit. Dans mon bureau, collée sur le mur, une photo d'Harry avec une fausse dédicace : pour Lolo et Coco mes copines, gros bisous, Harry. C'est simple : on l'adore. Il attaque le 20h. La part de cerveau disponible des téléspectateurs est immédiatement sous le charme. Quelques années plus tard, il détrône PPD aux Guignols de l'info. Une forme de consécration. Car Harry n'est pas seulement noir. Il n'est pas seulement beau. Il n'est pas seulement chic et décontracté. Il capte la lumière comme les audiences, et il perfore l'écran. Avec lui, on a envie de débrancher son ordinateur et de regarder la télé.

Bien que n'étant candidat à rien, notre héros semble donc porté par une lame de fond. Champion de judo, va-t-il être en mesure de renverser la situation? Quelque soit le résultat des élections cantonales, qui ne semblent pas passionner les foules, son sort est aujourd'hui au cœur du débat national. Harry fait face à son destin.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !