Propranolol : le médicament qui permet de lutter contre les mauvais souvenirs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
70% des patients seraient intégralement guéris après un traitement au propanolol.
70% des patients seraient intégralement guéris après un traitement au propanolol.
©

Médicament miracle ?

Propranolol : le médicament qui permet de lutter contre les mauvais souvenirs

Le Propranolol, un anti-migraineux de la classe des bêtabloquants destiné à combattre l’hypertension artérielle et la migraine, serait capable de réduire l’intensité émotionnelle des souvenirs traumatiques.

Dans "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" de Michel Gondry (2004), Jim Carrey et Kate Winslet – deux anciens amants – choisissent d'aller voir un docteur pour effacer leurs souvenirs les plus douloureux… La réalité est en train de rattraper la fiction, puisque selon le laboratoire du stress traumatique de Toulouse, un générique permettrait en de diminuer "la charge émotionnelle" liée aux souvenirs les plus douloureux. Son nom : le propranolol, un antihypertenseur déjà connu depuis une dizaine années pour soigner l'hypertension ou la migraine.

Comme l'expliquait le psychiatre Jean-Pierre Mialet il y a une semaine sur Atlantico.fr : "Réduire l’intensité du souvenir traumatique ne signifie pas oublier un traumatisme." Selon l'ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne : "Le propanolol agit sur la résonance émotionnelle du souvenir et permet d’éviter qu’il s’inscrive trop fortement dans la mémoire affective. C’est un produit dont les effets sur les conséquences physiques de l’angoisse (tremblements, palpitations) sont connus depuis longtemps. Il agit sans doute en apaisant. Il n’est pas question d’oublier grâce à ce traitement un viol ou un accident aux conséquences graves, ni d’y devenir indifférent, mais d’éviter d’en être obsédé."

D'après les chercheurs toulousains, les résultats sont très prometteurs : selon le laboratoire, 70% des patients seraient intégralement guéris après un traitement au propanolol. Guérir sans oublier, une solution bien plus efficace qu'oublier sans guérir, comme dans le film de Gondry.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !