Premier "Bébé Cadum" et résistant, Maurice Obréjan est décédé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Premier "Bébé Cadum" et résistant, Maurice Obréjan est décédé
©MIGUEL MEDINA / AFP

3 fois Français

Premier "Bébé Cadum" et résistant, Maurice Obréjan est décédé

Le "plus beau bébé" de 1925, résistant et déporté pendant la seconde guerre mondiale, est décédé à 92 ans.

Maurice Obréjan est décédé. L'homme, âgé de 92 ans, était célèbre pour avoir été le premier lauréat du concours "Bébé Cadum", en 1925. Il était depuis le parrain d'honneur de cette élection, organisée chaque année par la marque de produits cosmétiques. 

Juif français déchu de sa nationalité, Maurice Obréjan était entré dans la résistance à l'âge de 17 ans, il avait été arrêté en 1942 et déporté avec toute sa famille. Il en avait été le seul rescapé. Il a été décoré plusieurs fois pour des actes de résistance. Son décès a d'ailleurs été annoncé ce samedi par le président et le bureau des Amitiés de la Résistance.

En 2010, il confiant à l'AFP : "Mes parents m'ont inscrit car tout le monde disait que j'étais un beau bébé. La chance a fait le reste. Même en déportation, mes compagnons d'infortune m'appelait 'Bébé Cadum'. Malgré les circonstances, j'étais la star...". 

Devenu directeur commercial, il avait raconté son parcours dans "Un homme trois fois Français" (éditions du Petit Pavé). "Une histoire qui échappe à la règle générale : celle d'un petit garçon qui a été 'le plus beau bébé de France', le bébé Cadum des années 30 qui souriait avant la guerre sur nos panneaux d'affichage. Et on imagine mal que ce bambin qui a fait sourire la France entière ait pu un jour être le numéro 178177 d'un camp de la mort, au temps de l'holocauste", résume l'éditeur sur son site.

Lu dans La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !