Pourquoi c'est une bonne chose que vos enfants aiment les sucreries | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Pourquoi les enfants raffolent des bonbons ? La science répond
Pourquoi les enfants raffolent des bonbons ? La science répond
©REUTERS/Ina Fassbender

La science a une explication

Pourquoi c'est une bonne chose que vos enfants aiment les sucreries

C'est en effet ce qui ressort d'une étude menée par des scientifiques du Monell Chemical Senses Center de Philadelphie auprès d'une centaine d'enfants âgés de 5 à 10 ans.

Les enfants raffolent des bonbons. C'est une évidence. Et de manière plus générale, les bambins préfèrent les aliments sucrés à ceux salés. Ceci a une explication scientifique. En effet, comme le relaie le site de la National Public Radio (NPR), des scientifiques du Monell Chemical Senses Center de Philadelphie ont mené une étude auprès de 108 enfants âgés de 5 à 10 ans. Selon les résultats de leur enquête, récemment publiés dans la revue Plos ONE, les enfants ont tendance à manger plus de sucreries que les adultes du fait de leur croissance physique. En plein pic, leur envie de bonbons et autres confiseries est beaucoup plus importante. 

"Les enfants avec une préférence marquée pour les produits sucrés semblaient en moyenne plus grands que leurs camarades du même âge qui aiment surtout les en-cas salés", a noté Julie Mennella, responsable de l'enquête et chercheur en biopsychologie au Monell Chemical Senses Center. Et ce n'est pas tout, toujours selon la NPR, "en analysant l'urine des enfants, on a pu établir une légère corrélation entre la préférence pour le sucré et des substances témoignant de la croissance" ajoute la scientifique. 

Julie Mennella s'explique : "A cause de de leur croissance physique, les enfants ont un grand besoin d'énergie et de sucre. Cela peut être expliqué logiquement sur le plan de l'évolution vu qu'en ingérant de grandes quantités de calories, les enfants avaient plus de chances de survivre". 
 
lu sur NPR

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !