Pour la Nasa, la fin de notre civilisation aura lieu dans quelques décennies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La fin du monde est pour bientôt
La fin du monde est pour bientôt
©

Prédictions

Pour la Nasa, la fin de notre civilisation aura lieu dans quelques décennies

C'est ce que prouve une étude montrant que la disparition des civilisations, telles que les Mayas ou l’empire romain, est un phénomène qui se répète depuis 5 000 ans.

La fin du monde a fait l'objet de nombreuses prédictions. De Nostradamus aux témoins de Jéhovah en passant par les Mayas, beaucoup de prophéties ont été faites à ce sujet. Mais le 14 mars dernier, le quotidien britannique The Guardian a publié une étude menée par des sociologues et naturalistes et financée par le Goddard Space Flight Center de la NASA qui annonce la prochaine fin de notre civilisation. Selon cette étude, ce cataclysme qui devrait avoir lieu dans les prochaines décennies.

Pour arriver à un tel constat apocalyptique, les chercheurs s'appuient sur un nouveau modèle de disciplines croisées, baptisé Handy (Human And Nature DYnamical). Ils expliquent que notre civilisation, et plus particulièrement notre système économique, s'écroulera pour deux raisons : la mauvaise gestion des ressources naturelles et l'inégale répartition des richesses.

Ces conclusions se basent sur des données historiques montrant que la disparition des civilisations, telles que les Mayas ou l’empire romain, est un phénomène qui se répète depuis 5 000 ans. A chaque fois, une même série de facteurs serait en jeu : le climat, la population, l'eau, l'agriculture ou encore l'énergie.

Selon les chercheurs, il faut donc changer notre manière de vivre afin d’éviter le pire. D’une part, les scientifiques préconisent la réduction des inégalités économiques pour assurer une distribution plus juste des richesses. Selon eux, il faut réduire la consommation et s’appuyer davantage sur des ressources renouvelables et limiter l’essor démographique. 

lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !