Pollution lumineuse : la Voie Lactée est invisible pour un tiers des humains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pollution lumineuse : la Voie Lactée est invisible pour un tiers des humains
©Reuters

Starlight

Pollution lumineuse : la Voie Lactée est invisible pour un tiers des humains

80% des nord-Américains et 60% des Européens ne peuvent pas voir la Voie lactée, à cause de la pollution lumineuse.

Lever les yeux au ciel et admirer les étoiles : un geste impossible pour plus de 80% de l'humanité, qui vit sous des cieux inondés de lumière artificielle. Un tiers des humains ne peut même jamais voir la Voie Lactée, la galaxie à laquelle appartient notre système solaire, selon un nouvel atlas mondial de la pollution lumineuse.

Cette carte publiée vendredi dans la revue américaine ScienceAdvances montre que c'est le cas de 80% des nord-Américains et de plus de la moitié des Européens. "Toute une génération d'Américains n'a jamais vu la Voie lactée. On a perdu un repère très important qui nous reliait à l'Univers", déplore un auteur du projet, Christopher Elvidge (Etats-Unis).

"Ce nouvel atlas fournit une documentation essentielle de l'environnement nocturne alors que la technologie de la lampe à diode électroluminescente (LED) s'impose de plus en plus dans le monde", explique le chef de l'équipe, Falbio Falci, un chercheur de l'Institut italien de la technologie et de la science de la pollution lumineuse (ISTIL). "Les niveaux lumineux de la technologie LED et ses couleurs pourraient malheureusement entraîner un doublement voire un triplement de la luminescence du ciel pendant des nuits noires", selon lui.

Selon l'Atlas, la ville la plus exposée à la pollution lumineuse est Singapour, dont l'intégralité de la population ne voit jamais le ciel nocturne. A l'autre extrémité du classement, se tiennent le Tchad, la République sud-africaine et Madagascar.

En Europe, les rares endroits où il est encore possible de connaître la nuit noire se trouvent en Ecosse, en Suède, en Norvège et dans certaines parties de l'Espagne et de l'Autriche. 

La pollution lumineuse retient relativement peu l'attention et à la différence des autres polluants, ses niveaux ne sont quasiment pas mesurés, relèvent ces scientifiques. Or, outre le problème pour l'astronomie et pour les humains qui souhaiteraient admirer les étoiles, la pollution lumineuse affecte gravement les animaux et organismes nocturnes.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !