Poisson-scie : l'espèce est menacée de disparition | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Poisson-scie : l'espèce est menacée de disparition
©wikipédia

Attention

Poisson-scie : l'espèce est menacée de disparition

C'est ce qu'indique un rapport alarmant récemment publié par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et relayé lundi par Le Figaro.

Le poisson-scie est un animal méconnu du grand public. Et au rythme où les choses vont, il pourrait ne jamais l'être. En effet, il s'agit d'une espèce en voie de disparition comme le rappelle un rapport récemment publié par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) relayé ce lundi par Le Figaro.

Si le nombre de spécimens nageant dans les mers du globe n'est pas connu précisément, le quotidien rapporte que le poisson-scie est en proie à un véritable marché de contrebande. En effet,  "à l'instar des requins, ses ailerons tout comme ses rostres sont très recherchés", souligne Armelle Jung, membre du groupe requins à l'UICN. "Aujourd'hui, les jeunes enfants des pêcheurs locaux n'ont jamais vu un poisson-scie, alors même que son importance dans la culture locale lui vaut d'apparaître sur certains billets en franc CFA", ajoute-t-elle. Toujours d'après Le Figaro, le poisson-scie, qui vit essentiellement près des côtes de l'Afrique de l'ouest et dans les Caraïbes, peut en effet représenter "jusqu'à trois mois de salaires au marché noir".

Pour éviter la disparition du poisson-scie, cet organisme compte essentiellement sur la sensibilisation des pêcheurs, mais également sur un recensement scientifique de l'espèce à travers la planète. "L'alerte commence à porter ses fruits en certains endroits, peut-on lire sur le site du quotidien. Mais elle va nécessiter encore beaucoup d'énergie avant que l'animal ne retrouve la place qu'il occupait autrefois dans les eaux côtières et les rivières de plus de 90 pays tropicaux et subtropicaux."

lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !