Pays-Bas : un crâne imprimé en 3D et réimplanté avec succès, une première mondiale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Des chirurgiens pendant une opération
Des chirurgiens pendant une opération
©Reuters

Révolution

Pays-Bas : un crâne imprimé en 3D et réimplanté avec succès, une première mondiale

D'ordinaire, dans ce genre d'opération, le morceau de boîte crânienne de substitution est réalisé à base d'un ciment synthétique.

Une révolution pour la science. Il y a trois mois, une équipe chirurgicale néerlandaise a implanté pour la première fois au monde un crâne en plastique imprimé en 3D sur une jeune femme. Cette dernière souffrait d'une maladie rare qui provoquait un épaississement progressif de son crâne, entraînant une compression de son cerveau avec des conséquences graves comme une perte progressive de la vue.

Pour la soigner, il fallait donc découper son crâne et le remplacer par un implant. D'ordinaire, le morceau de boite crânienne de substitution est réalisé à base d'un ciment synthétique, "loin d'être idéal" a expliqué dans un journal hollandais le chirurgien. Celui-ci a donc eu l'idée de réaliser une copie conforme du crâne de la patiente grâce à une modélisation en 3D. La calotte crânienne en plastique obtenue est donc parfaitement adaptée à la morphologie du malade. L'opération a duré 23 heures à l'hôpital d'Utrecht et le résultat est probant selon les médecins : "Les bénéfices médicaux et esthétiques sont énormes. Les fonctions cérébrales du patient récupèrent bien mieux en comparaison aux méthodes traditionnelles."

D'après le site de Science et avenir, cette technologie pourrait être utilisée prochainement pour opérer des personnes atteintes de cancer des os ou des victimes de traumatismes crâniens.

Ci-dessous une vidéo explicative

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !