Paris Jackson aurait tenté de se suicider après avoir appris qu'elle n'avait pas le même père biologique que son frère Prince | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
"Paris a toujours voulu croire que Michael était son père", a confié une source au Sun.
"Paris a toujours voulu croire que Michael était son père", a confié une source au Sun.
©Reuters

Cruelle réalité

Paris Jackson aurait tenté de se suicider après avoir appris qu'elle n'avait pas le même père biologique que son frère Prince

La fille de Michael Jackson a tenté de se suicider mercredi 5 juin en se coupant les veines et en prenant des cachets.

"Paris a toujours voulu croire que Michael était son père. Elle était convaincue qu'elle et Prince étaient vraiment frère et soeur", a confié un proche de la famille Jackson au Sun. Le fait d'avoir appris que ce n'était pas le cas aurait en grande partie poussé l'adolescente de 15 ans à commettre une tentative de suicide début juin, rapporte le Daily Mail. 

Cette dure réalité a été récemment révélée à Paris pour la préparer, dans l'éventualité où cette information serait mise sur le tapis au tribunal. Les membres de la famille Jackson sont en effet en procès contre AEG, le promoteur de la tournée "This is it" de Michael Jackson, en cause dans la mort du chanteur, survenue le 25 juin 2009. 

Paris Jackson a tenté de se suicider mercredi 5 juin en se coupant les veines et en prenant une vingtaine de cachets d'ibuprofène. L'adolescente a été hospitalisée à Los Angeles. Depuis la mort de son père, "Paris est très malheureuse. Elle vit dans sa maison de Los Angeles où il n'y a que des gardes du corps et ses oncles. C'est pour cette raison qu'elle s'est rapprochée de sa mère ces derniers temps. Elle veut une famille et son père lui manque", a confié une source au magazine People.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !