Paris : un locataire menacé d'expulsion à cause de frasques sexuelles un peu trop bruyantes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Claude Goasguen précise que "les locataires n'invoquent pas la morale mais juste le droit à dormir"
Claude Goasguen précise que "les locataires n'invoquent pas la morale mais juste le droit à dormir"
©

Troubles de jouissance

Paris : un locataire menacé d'expulsion à cause de frasques sexuelles un peu trop bruyantes

Une procédure d'expulsion est en cours à Paris contre un locataire dont les frasques sexuelles à répétition insupportent les voisins, qui invoquent "le droit à pouvoir dormir".

"Je ne sais pas s'il leur fait faire des figures extrêmes du Kama-sutra, mais ça hurle toutes les nuits. Et c'est du non-stop", déclare un voisin. "C'est un défilé perpétuel de très jeunes filles des pays de l'Est", ajoute un autre. "Quand il ne fait pas beau, c'est sans rideaux. On assiste à de véritables scènes pornographiques", détaille un troisième.

Les locataires d'un immeuble de la rue Erlanger, dans le 16e arrondissement de Paris, ne supportent plus l'intensité des ébats de leur voisin, bien trop bruyants à leur goût.

Ils ont bien tenté de discuter directement avec lui, mais il les a reçu en caleçon et leur a lancé :  "Je suis un homme. J'ai des besoins." Les habitants ont donc appelé la police, qui a "constaté l'infraction (...) de nuisances sonores et d'exhibitionnisme".

Ils ont aussi fait appel au député-maire de l'arrondissement, Claude Goasguen, qui a envoyé un courrier au bailleur et est "intervenu auprès du commissariat sur ces mouvements de passion un peu bruyants et répétitifs".

Le bailleur social a finalement lancé une procédure d'expulsion pour "dette locative" (le Don Juan n'est pas à jour de ses loyers) et pour "troubles de jouissance". Ca ne s'invente pas !

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !