Paris : elles appellent les pompiers plus de 1 000 fois en 1 an et demi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Trois jeunes femmes vont être jugées pour avoir passé plus de 1 000 appels malveillants aux pompiers de Paris.
Trois jeunes femmes vont être jugées pour avoir passé plus de 1 000 appels malveillants aux pompiers de Paris.
©Reuters

Au feu les pompiers

Paris : elles appellent les pompiers plus de 1 000 fois en 1 an et demi

Trois jeunes femmes, âgées de 16 à 20 ans, vont être jugées pour avoir passé plus de 1 000 appels malveillants et lancé des fausses alertes aux sapeurs-pompiers de Paris.

A quatre reprises, les pompiers sont partis en intervention pour rien. Des centaines de fois, ils se sont fait insulter par téléphone. Trois jeunes femmes, âgées de 16 et 20 ans, vont être jugées pour avoir passé près de 1 000 coups de fils aux pompiers de Paris en un an et demi, proférant des insultes, des propos incohérents ou bien lançant de fausses alertes, rapporte le site Métro. Les trois accusées ont reconnu les faits, qui se sont produits entre les mois de février 2011 et septembre 2012.

Les pompiers de Paris ont déposé plainte en septembre 2012. Plusieurs mois d'enquête ont été nécessaires pour confondre les jeunes femmes qui utilisaient une même ligne, mais difficilement identifiable. Les policiers du XVIIe arrondissement de Paris sont parvenus à identifier deux sœurs de 17 et 20 ans et l’une de leurs amies de 16 ans. Convoquées les 24 avril, elles ont reconnu être les auteurs de ces appels et ont été convoquées ultérieurement devant le tribunal correctionnel de Paris, explique l'AFP.

Le fait de téléphoner aux services de secours et de leur "divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre" qui entraîne une intervention inutile est puni "de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende", rappelle la Préfecture de police de Paris.

Lu sur Métro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !