Paris : un quai va porter le nom de Jacques Chirac | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un quai de Paris prendra le nom de l'ancien président de la République.
Un quai de Paris prendra le nom de l'ancien président de la République.
©PATRICK KOVARIK / POOL / AFP

Hommage

Paris : un quai va porter le nom de Jacques Chirac

Il se situera à proximité du Musée Branly.

L'ancien président de la République, Jacques Chirac, et l'avocate féministe Gisèle Halimi, vont bientôt avoir des voies parisiennes à leur nom, annonce Le Monde. Le journal explique que le conseil municipal, qui se réunit du 13 au 16 avril, s'apprête à rebaptiser deux voies situées de part et d’autre du pont de l’Alma, dans le très chic 7e arrondissement de la capitale.

Morts à dix mois d’écart, en septembre 2019 pour Jacques Chirac et en juillet 2020 pour Gisèle Halimi, les deux personnalités vont donc être reliées par la toponymie parisienne, eux qui ont entretenu une amitié entrecoupée de moments de discorde publics.

Le quai Jacques Chirac sera situé le long du musée du quai Branly, du pont de l'Alma jusqu'au pont d'Iéna. "Il convenait de trouver un lieu digne de lui, faisant écho à sa personnalité et à son engagement », argumente Anne Hidalgo dans le projet de délibération. "Sans son action volontariste, ce projet de musée n'aurait pas été mené à bien. Nous connaissons tous sa passion pour les arts premiers", ajoute-t-elle.

"Dans les deux cas, les élus semblent prêts à une nouvelle entorse à la règle qui interdit d’attribuer le nom d’une personnalité à une voie parisienne dans les cinq ans suivant son décès, afin de ne pas agir sous le coup de l’émotion", écrit Le Monde. Déjà, à l'automne dernier, cette règle avait été mise de côté afin qu'un lieu de la capitale puisse prendre le nom de Samuel Paty, enseignant décapité par un islamiste tchétchène.

À Lire Aussi

2022 : le casse-tête à 4 inconnues de Xavier Bertrand
Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !