Oreo : ces biscuits seraient aussi addictifs que la cocaïne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Ces petits biscuits bicolores venus des Etats-Unis sont aussi addictifs que la cocaïne ou la morphine.
Ces petits biscuits bicolores venus des Etats-Unis sont aussi addictifs que la cocaïne ou la morphine.
©Flickr/ KellBailey

Totalement accros

Oreo : ces biscuits seraient aussi addictifs que la cocaïne

Les chercheurs pensent que "les aliments très gras ou très sucrés stimulent le cerveau de la même manière que les drogues".

Une drogue dure les Oreo ? Selon une étude du Connecticut College, aux Etats-Unis, les effets de ces biscuits sur le cerveau pourraient être aussi addictifs que ceux de la cocaïne. En tout cas chez les rats. Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont placé les rongeurs devant deux piles : des gâteaux de riz et des Oreo. Résultat, les cobayes ont préféré ces derniers, rapporte Le Nouvel Observateur.

Lors d'une seconde expérience, certains rats ont reçu une injection de cocaïne ou de morphine. Les scientifiques se sont alors rendus compte que le cerveau des rongeurs réagissait de la même façon à l'injection qu'à la consommation d'Oreo. Ces biscuits stimulaient même davantage les neurones des rats que la cocaïne !

"Notre recherche renforce la théorie selon laquelle les aliments très gras ou très sucrés stimulent le cerveau de la même manière que les drogues", explique le neuroscientifique Joseph Schroeder. "Cela pourrait être une des raisons pour lesquelles les gens peinent à les éviter, et un facteur expliquant la prévalence croissante de l'obésité."

Autre observation amusante : les rats préfèrent la crème. Ils ont en effet ouvert le gâteau en deux pour manger le milieu.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !