Nouveaux calendriers mayas : la fin du monde n'est pas annoncée... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Nouveaux calendriers mayas : la fin du monde n'est pas annoncée...
©

Bide

Nouveaux calendriers mayas : la fin du monde n'est pas annoncée...

Une équipe d'archéologues a déchiffré les plus anciens calendriers astronomiques mayas connus, remontant au 9e siècle.

Une équipe d'archéologues américains a mis au jour au Guatemala les plus anciens calendriers astronomiques mayas connus.  Ces derniers remontent au 9e siècle, a révélé une étude publiée ce jeudi dans la revue américaine "Science" du 11 mai et dans le numéro de "National Geographic" de juin.

Cette découverte a été réalisée dans une maison excavée sur le site de Xultun au Guatemala. Dans une des pièces de la maison, les murs sont couverts de glyphes (représentation graphique d'un signe typographique), dont un grand nombre sont des chiffres représentant des calculs liés aux différents cycles calendaires mayas. 

Il s'agit du calendrier cérémonial de 260 jours, du calendrier solaire de 365 jours ainsi que du cycle annuel de 584 jours de la planète Vénus et celui de 780 jours de Mars tandis que d'autres encore suivent les phases lunaires, précise l'archéologue William Saturno, de l'Université de Boston, qui a dirigé cette expédition et les fouilles.

Contrairement à certaines croyances populaires, il n'y a donc aucune indication dans ces calendriers que la fin du monde coïnciderait avec la fin de l'année 2012, souligne William Saturno.

"Les anciens Mayas prédisaient que le monde continuerait et que dans 7 000 ans les choses seraient exactement comme elles étaient alors", a également indiqué le scientifique.

Lu sur Romandie.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !