Nobel : un académicien vexé par le silence de Bob Dylan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Nobel : un académicien vexé par le silence de Bob Dylan
©Reuters

It Ain't me Babe

Nobel : un académicien vexé par le silence de Bob Dylan

Depuis l'annonce de son prix Nobel de littérature le 13 octobre, Bob Dylan n'a toujours pas répondu aux coups de fil de l'Académie.

Bob Dylan déteste les médias et les cérémonies, et ce n'est pas à 75 ans qu'il changera. Le soir de l'annonce de son prix Nobel de littérature, le 13 octobre, la seule singularité de son concert a été la reprise d'une chanson de Frank Sinatra : "Why Try To Change Me Now?" (Pourquoi essayer de me changer maintenant ?). A part cela, pas une déclaration, pas une référence à ce prix.

Cette attitude commence à faire perdre patience à certains membres de l'Académie suédoise. Le professeur Pär Per Wästberg a réagi à la télévision suédoise : "C'est grossier. C'est grossier et arrogant, voilà ce qu'il est". 

L'Académicien a poursuivi en expliquant que "c'est une situation absolument inédite, mais il peut se manifester jusqu'à la fête", en référence à la remise des prix, le 10 décembre à Stockholm. Mais en Suède, l'hypothèse de sa venue à Stockholm le 10 décembre est jugée de moins en moins plausible, surtout après les déclarations de Pär Westberg. D'autant que le site Internet de l'artiste a affiché brièvement la mention "Lauréat Prix Nobel de Littérature", avant qu'elle soit retirée.

Contrairement à ce que déclare Per Wästberg, la situation n'est pas complètement inédite : Albert Einstein avait lui aussi snobé les académiciens après son prix de physique en 1921. Le refus du Prix Nobel de littérature par Jean-Paul Sartre, en 1964, est aussi resté célèbre.

lu sur FranceTv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !