Née homme, elle ne pourra concourir au titre de Miss Univers Canada | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Née homme, elle ne pourra concourir au titre de Miss Univers Canada
©

Transgenre

Née homme, elle ne pourra concourir au titre de Miss Univers Canada

La section canadienne du concours international de Miss Univers a disqualifié Jenna Talackova, une jeune femme de 23 ans originaire de Vancouver qui a changé de sexe.

Alors qu'elle faisait partie des 65 finalistes concourant au titre de Miss Univers Canada dans l'espoir de représenter son pays au concours international de Miss Univers qui se tiendra en juillet, Jenna Talackova s'est vue disqualifiée par l'organisation du concours. En cause : le fait que la jeune femme ait changé de sexe à 19 ans, après avoir suivi un traitement hormonal.

Les motifs de cette éviction ont été annoncés dans un communiqué posté le 23 mars sur le site du concours : "Jenna Talackova de Vancouver, en Colombie-Britannique, ne participera pas à la compétition Miss Univers Canada 2012 parce qu'elle ne satisfaisait pas aux exigences, malgré des informations contraires indiquées sur son formulaire d'inscription. Nous respections cependant ses objectifs, sa détermination et nous lui souhaitons le meilleur."

La jeune femme, qui estime avoir été victime de "discrimination", a indiqué ne pas avoir l'intention d'abandonner. La disqualification de Jenna Talackova a suscité de nombreuses réactions au Canada. "De nombreuses personnes estiment que cette personne est une femme. Il n'y a rien en elle qui devrait la disqualifier", a notamment déclaré Mara Keisling, la directrice du National Center for Transgender Equality. Une pétition de soutien à la jeune femme a déjà récolté plus de 20 000 signatures.

Selon la chaîne de télévision canadienne CTV News, Jenna Talackova a déjà représenté son pays dans un concours de beauté transexuelle en Thaïlande, dont elle a été finaliste.

Lu sur Pure People

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !