Mort à Koh-Lanta : des examens toxicologiques pratiqués sur le corps de Gérald Babin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Gérald Babin est décédé pendant le tournage de l'émission Koh-Lanta
Gérald Babin est décédé pendant le tournage de l'émission Koh-Lanta
©Capture d'écran/Youtube

Autopsie

Mort à Koh-Lanta : des examens toxicologiques pratiqués sur le corps de Gérald Babin

Des examens complémentaires ont été demandés après l'autopsie ce vendredi matin du corps de Gérald Babin, le candidat de l'émission Koh-Lanta décédé la semaine dernière lors du tournage au Cambodge.

Après le drame, le temps de l'enquête. La semaine dernière, on apprenait la mort tragique de Gérald Babin candidat à l'émission Koh-Lanta. Depuis, la justice essaie de savoir dans quelles conditions cet accident a pu se produire. Après avoir pratiqué une autopsie du corps ce vendredi matin, la police devrait procéder à des examens complémentaires a indiqué ce vendredi soir une source judiciaire.

Ainsi, des examens toxicologiques et anatomo-pathologiques devaient être effectués sur le cadavre du jeune homme de 25 ans, autopsié en fin de matinée à l'institut médico-légal de Paris, a précisé la source. Selon RTL, les premiers examens n'auraient révélé aucune anomalie cardiaque ou vasculaire.

Les policiers de l'Office central de recherche des violences faites aux personnes (PJ) doivent procéder la semaine prochaine aux premières auditions dans l'enquête préliminaire pour "homicide involontaire" ouverte par le parquet de Créteil. Les autorités cambodgiennes ont classé l'affaire, estimant qu'il s'agissait d'une mort naturelle.

Résidant à Villejuif (Val-de-Marne), Gérald Babin avait succombé le 22 mars à une crise cardiaque au premier jour de tournage de la 16e saison de l'émission phare de télé-réalité de TF1, dans l'île de Koh Rong, au large de Sihanoukville (sud) au Cambodge. Son corps est arrivé jeudi matin à l'aéroport de Roissy.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !