Mondial de football 2014 : les prostituées brésiliennes prennent des cours d'anglais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les candidates intéressées pourront également apprendre l'espagnol ou le français
Les candidates intéressées pourront également apprendre l'espagnol ou le français
©Flickr/M.J.Ambriola

Joga bonito

Mondial de football 2014 : les prostituées brésiliennes prennent des cours d'anglais

Les prostituées de Belo Horizonte vont recevoir des cours d'anglais gratuits en vue du Mondial de football 2014.

L'initiative est étonnante. Les travailleuses du sexe de Belo Horizonte, ville de plus de deux millions d'habitants située au sud-est du Brésil, auront droit à des cours d'anglais gratuits pour faciliter leur travail avec les touristes lors du prochain Mondial de football en 2014.

Les cours débuteront début mars et devraient durer six mois. Ils seront donnés par des bénévoles et auront lieu dans une salle cédée par l'Association des Gays, Lesbiennes et transsexuels. Les candidates intéressées pourront également apprendre l'espagnol ou le français.

"Elles apprendront les expressions du quotidien mais aussi le vocabulaire technique du sexe", a déclaré mardi à l'AFP, Cida Vieira, présidente de l'Association des prostituées de l'Etat du Minas Gerais. "Elles devront être capables de parler avec le client de ses fantasmes", a précisé Mme Vieira. "Une vingtaine de professionnelles du sexe se sont déjà inscrites" et 300 inscriptions sont attendues d'ici à la fin de l'année.

"Il y a 80 000 prostituées à Belo Horizonte, dans les rues, les boîtes de nuit, les instituts de massage et la demande ne cesse de croître", estime Cida Vieira.

Belo Horizonte accueillera notamment l'une des demi-finales du Mondial de football, qui se tiendra du 12 juin au 13 juillet 2014.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !