Migraines : prendre de l'aspirine ou du paracétamol régulièrement n'arrange rien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Prendre régulièrement de l'aspirine ou du paracétamol serait néfaste pour les migaineux
Prendre régulièrement de l'aspirine ou du paracétamol serait néfaste pour les migaineux
©Reuters

Fausse bonne idée

Migraines : prendre de l'aspirine ou du paracétamol régulièrement n'arrange rien

D'après une étude de l'Institut national pour la santé et l'excellence clinique, les maux de tête s'aggravent si l'on prend régulièrement des antalgiques.

Les migraines font mal. Très mal. Et le réflexe pour toute personne atteinte est de prendre un cachet d'aspirine. Oui mais voilà, ce ne serait pas si efficace, en tout cas pas si on en prend trop. En effet, les antalgiques, préconisés pour diminuer les différents types de douleurs, n’atténueraient plus les maux de tête lorsqu'ils sont ingérés de façon régulière. Selon le rapport du NICE, une personne sur cinquante souffrirait même de maux de tête continuels à cause "d’abus médicaux". A long terme et à forte dose, la prise d’antalgique créerait une sorte "d’overdose".

Manjit Matharu, neurologue à l’Hôpital de neurologie et de neurochirurgie de Grande-Bretagne, soigne régulièrement des patients devenus adeptes des antalgiques. "Pendant les deux ou trois semaines, ils sont susceptibles d’avoir un rebond sévère. Ils auront deux à trois semaines terribles" explique-t-il.

Dans 80% des cas, les patients se sentent mieux après cette période difficile. La prise de médicament est régulée et les migraines se font moins nombreuses et douloureuses. La migraine concerne plus de 10 millions de Français et se déclare majoritairement chez les femmes.  Le paracétamol, l’aspirine ou encore l’ibuprofène font partie de la liste rouge.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !