Michael Jackson : "un junkie dérangé", selon une ancienne domestique du chanteur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Michael Jackson : "un junkie dérangé", selon une ancienne domestique du chanteur
©Reuters

Rhabillé pour l'hiver

Michael Jackson : "un junkie dérangé", selon une ancienne domestique du chanteur

Elle affirme avoir trouvé le chanteur "mort" à deux reprises, complètement drogué aux médicaments, dans les années 1990.

Selon des révélations faites par AdrianMcManus,qui a été une desfemmes de chambrede Michael Jacksondans les années 1990, elle et d'autres membres du personnel de la propriété de Neverland auraient à cette époque trouvé le chanteur "mort" à deux reprises, après que celui-ci a absorbé une grande quantité de pilules prescrites par son médecin.

En 1993, elle se souvient notamment avoir frappé à la porte du chanteur. Ce dernier ne répondant pas, la femme de ménage est entré et affirme avoir découvert Michael Jacksonallongé sur le lit, complètement immobile et les yeux grands ouverts. Aux dires de AdrianMcManus, il était très pale et semblait ne pas respirer. "J'ai cru qu'il était mort", explique-t-elle au Mirror. Après avoir tenté de le "réveiller" pendant plusieurs minutes, le chanteur est finalement revenu à lui avant d'éclater en sanglots.

AdrianMcManus a d'abord pensé à appeler du secours. Elle ne l'a finalement pas fait car Michael Jackson lui aurait demandé par le passé de ne jamais faire entrer des "étrangers" dans son domaine. Quelques semaines après cet incident, le femme de ménage affirme que c'est le responsable de la sécurité qui a trouvé le chanteur dans le même état au bord de la piscine.

La femme de chambre - qui affirme que l'addiction de Michael Jackson pour la drogue et les médicaments était connue de tous ses employés dans les années 1990 - a ces mots très durs envers la star : il s'agissait, selon elle, "d'un junkie dérangé et dépravé", "manipulateur et démoniaque".

Lu sur The Mirror

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !