Metz : un professeur condamné pour s'être masturbé... devant un film sur la guerre 14-18 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Metz : un professeur condamné pour s'être masturbé... devant un film sur la guerre 14-18
©

Coup de canon

Metz : un professeur condamné pour s'être masturbé... devant un film sur la guerre 14-18

L'homme avait une première fois été surpris alors qu'il se masturbait, dans un cinéma, devant Astérix.

Est-ce un fétichiste des casques, ou des poilus ? Un proviseur d'un lycée de Metz a été condamné vendredi 7 novembre à deux mois de prison avec sursis, deux ans d'obligation de soins et 600 euros d'amende, pour s'être exhibé à deux reprises dans un cinéma de Saint-Julien-lès-Metz.

L'homme, qui a dans les deux cas mené sa petite affaire hors du cadre de ses fonctions, a été surpris le 13 octobre dans un cinéma alors qu'il se masturbait au dernier rang d'une salle presque vide, projetant un film sur la guerre de 1914. Il avait alors été placé en garde à vue.

L'un des employés du cinéma l'avait reconnu et a indiqué aux autorités que l'homme avait déjà été chassé d'une salle, en décembre 2014, alors qu'il se masturbait devant le film Astérix.

Vendredi, devant le tribunal correctionnel de Metz, le président a souligné le "gros décalage" entre les accusations et "le comportement que l'on attend" d'un proviseur de lycée.

L'accusé a reconnu la gravité des faits et a expliqué être, depuis, "mort socialement" et dans une situation "très fragile" sur le plan familial. "Je ne fais plus l'objet d'aucune communication ou d'aucun contact, sauf un ami", a-t-il déclaré. Suspendu de ses fonctions, il compte demander sa retraite plus tôt que prévu.

Le procureur avait requis quatre mois de prison avec sursis, une injonction de soins pendant 2 ans et 2 000 euros d'amende.

"Aujourd'hui, on a un peu le sentiment que la justice a plutôt voulu sanctionner un comportement immoral que de juger en droit ce dossier", a réagit l'avocat de la défense, Me Nicolas Matuszak.

Lu dans L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !