Mercuriceratops gemini : découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure coiffée "d'ailes" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Mercuriceratops gemini : découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure coiffée "d'ailes"
©Capture d'écran

Fouilles

Mercuriceratops gemini : découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure coiffée "d'ailes"

L'animal mesurait environ 6 mètres de long et pesait plus de 2 tonnes. Il a vécu il y a près de 77 millions d'années, vers la fin de la période du crétacé, et était végétarien.

Les scientifiques ont découvert une nouvelle espèce de dinosaure au crâne orné de cornes qui ressemble à des ailes d'ange ! Mercuriceratops gemini, de son doux nom, mesurait environ 6 mètres de long et pesait plus de 2 tonnes. Il a vécu il y a près de 77 millions d'années, vers la fin de la période du crétacé, et était végétarien. L'étude décrivant l'espèce a été publié dans le journal Naturwissenschaften, et est basée sur des fossiles collectés dans le Montana aux Etats-Unis et dans l'Alberta, au Canada.

Le nom de Mercuriceratops fait référence aux ailes présentes sur le casque du dieu romain, Mercure. Le nom "gemini", lui, a été choisi en raison d'une espèce presque identique trouvée au nord du Montana et sur le UNESCO World Heritage Site, le Dinosaur Provincial Park, dans l'Alberta. "Mercuriceratops a évolué de manière unique, transformant ce large volant présent sur son crâne en des ailes protubérantes qui rappellent les ailettes décoratives des voitures classiques des années 50", s'est amusé l'un des auteurs de l'étude, le Docteur Michael Ryan. "Les dinosaures cornus d'Amérique du Nord utilisaient les ornements de leur crâne pour s'identifier les uns les autres et pour se séduire, pas seulement pour se protéger des prédateurs".

"La forme de ces cornes ne ressemble à rien de ce qui m'avait été donné de voir jusqu'à présent", a lancé un autre auteur de l'étude, le Docteur David Evans, ajoutant :  'le Mercuriceratops prouve qu'il y a eu beaucoup plus d'espèces à coiffes que ce qu'on imaginait". "La découverte d'une espèce jusque-là inconnue sur des sites déjà bien explorés prouve que nos découvertes sont loin d'être finies", a conclu le Docteur Mark Loewen. 

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !