Mal de dos : une bactérie serait la responsable, ces souffrances pourraient être soignées par antibiotiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le mal de dos dû à une bactérie ? C'est le résultat d'une étude danoise
Le mal de dos dû à une bactérie ? C'est le résultat d'une étude danoise
©DR

Aïe

Mal de dos : une bactérie serait la responsable, ces souffrances pourraient être soignées par antibiotiques

Une étude danoise a montré que la bactérie P. acnes était présente dans plus d'un tiers des cas de lombalgies chroniques avec hernie discale

Voici une bonne nouvelle pour les très nombreux français qui souffrent de mal de dos... Ces souffrances pourraient être dues à une bactérie, le Propionibacterium acnes (P. acnes). Une étude danoise révèle que cette bactérie serait présente dans plus d'un tiers des cas de lombalgie chronique avec hernie discale. Les douleurs pourraient donc être traitées avec des antibiotiques, explique mardi Le Figaro.

L'étude a été menée auprès de 61 patients qui allaient subir une intervention chirurgicale pour une hernie discale. Ces derniers souffraient surtout de douleurs lombaires depuis plus de six mois et l'examen IRM de leur colonne vertébrale montrait un aspect caractéristique que les radiologues appellent Modic 1.

Dans quatre cas sur dix, la biopsie a révélé la présence du germe P. acnes, une bactérie très courante sur la peau humaine - notamment en cas d'acné -, mais qui vient parfois, étonnamment, se loger dans la colonne vertébrale.

Et qui dit bactérie, dit antibiotique. Et ça marche ! Les chercheurs danois ont donné à leurs patients de l'amoxicilline et de l'acide clavulanique. Résultat : les douleurs sont moins fréquentes et moins fortes. Après un an de traitement, seuls 19 % des patients souffrent encore.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !