Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Gonflé

M6 : Bastien Cadeac, le nouveau présentateur au CV un peu trop beau…

Le nouvel homme fort de Capital se présente comme un "serial entrepreneur." Son parcours est finalement moins impressionnant.

La nouvelle avait surpris tous les acteurs de la télévision. Plutôt qu'un journaliste, M6 avait choisi un jeune entrepreneur, Bastien Cadeac, pour prendre les rênes de Capital, le magazine économique de la chaîne. Ou plutôt un "serial entrepreneur" dont personne n'avait entendu parler, sinon qu'il est le petit-fils du producteur de la saga Fantomas.

Heureusement, l'homme de 31 ans, sorti de l'Edhec en 2010 a d'autres atouts comme le montre son CV, qu'il a transmis à TechCrunch et Bloomberg. BFM Business s'est amusé à l'éplucher pour en sortir plusieurs incohérences ou exagérations. Il affirme notamment avoir été "chef du marketing dans une société française de cloud computing". Dont il refuse de donner le nom. "Il est assez surprenant d'accéder à une telle responsabilité sans aucune expérience" souligne BFMTV. De la même façon, il assure avoir fondé une start-up, "Mobile Store Locator" dont personne ne retrouve la trace. Sur LinkedIn, deux lignes de son CV ont mystérieusement été effacées…

Finalement, une seule start-up semble avoir été effectivement cofondée par Bastien Cadeac : "Trainity SAS". Il en détenait 25% du capital tandis que 74% était détenue par un parent de son associé qui fait, par ailleurs, partie des propriétaires de la marque Lustucru. Sur son CV, "cette start-up est présentée à la fois comme un "leader" sur son créneau et un "succès". En réalité, ce fut un échec cuisant" affirme encore BFMTV. "En trois ans, la société n'a engrangé que 568 euros de chiffre d'affaires, et perdu plus de 100.000 euros."

Enfin, le futur présentateur assure que la société a été vendue au danois Bownty. En fait, elle aurait été liquidée en 2013… Il a enfin travaillé pour deux fonds qui s'avèrent "modestes" : Simile Venture qui n'aurait compté que 4 personnes (dont l'intéressé). L'entreprise est d'ailleurs domiciliée au Luxembourg et "son principal actionnaire, Simile SLP Ltd, est immatriculé dans un autre paradis fiscal, les îles Vierges britanniques." En 2015, il passe chez One Ragtime qui reste aussi très modeste… Loin du "serial entrepreneur" tant vanté par M6…

Lu sur BFM Business
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.