Les sons émis par les babouins gélada pourraient être à l'origine du langage humain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les babouins géladas seraient à l'origine du langage humain
Les babouins géladas seraient à l'origine du langage humain
©Reuters

Découverte

Les sons émis par les babouins gélada pourraient être à l'origine du langage humain

Une étude sur les primates révèle que les bruits émis par le gélada, un grand singe originaire d’Ethiopie, pourraient être des précurseurs de la parole humaine.

Les hommes et les singes possèdent des caractéristiques communes. Et une récente étude, reprise ce mercredi par Yahoo ! Nouvelles,  en montre une nouvelle. En effet, selon Thore Bergman, professeur à l'Université du Michigan aux Etats-Unis, les babouins géladas seraient à l'origine du langage humain. Il explique qu'il existe une grande similarité entre les vocalises émises par ce grand singe venu d’Éthiopie et la parole humaine.

"Lorsque nous avons commencé à travailler avec les géladas en 2006, nous avons remarqué qu’ils émettaient des sons comparables à ceux de gens parlant autour de vous", explique le biologiste dans un communiqué. Il poursuit : "La plupart des primates ne font que quelques sons, mais les géladas produisent un flux complexe avec un rythme similaire au langage".

Souhaitant ’étudier ce phénomène, Thore Bergman a analysé une série d’enregistrements vidéo montrant ces géladas en train d’émettre des sortes de gargouillements. "Les résultats confirment l'hypothèse que d'autres avaient déjà proposé, à savoir que les claquements de lèvres peuvent être un précurseur potentiel de la parole, car ils montrent que les primates peuvent en effet s’exprimer de manière complexe avec ce simple claquement de lèvres", a affirmé Thore Bergman à Yahoo ! Nouvelles. Et le professeur de se demander si les géladas se comprennent entre eux. Ce qui va constituer la suite de ses travaux.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !